La biométrie pour la lutte contre l'immigration clandestine

Image La biométrie pour la lutte contre l'immigration clandestine

Chaque année, des millions de personnes quittent leur pays natal pour entrer clandestinement dans un autre pays. L'utilisation de documents biométriques est un bon moyen pour lutter contre l'immigration clandestine.

Qu'est-ce que l'immigration clandestine ?

Normalement pour immigrer vers un pays donné, par exemple pour des raisons d'études ou de travail, il y a des formalités à accomplir dans le pays de départ et dans celui de la destination. Les formalités peuvent aussi être réduites entre certains pays, comme ceux de l'Union Européenne. La personne concernée doit aussi fournir certains documents à l'instar d'un passeport et d'un visa. Les choses ne sont pas les mêmes dans le cas d'une immigration clandestine. En effet, la personne entre illégalement dans un pays. Les moyens pour y arriver peuvent être nombreux :

  • Utilisation de faux documents, généralement fournis par des trafiquants d'êtres humains ou des passeurs.
  • Demande d'asile rejetée, mais le demandeur refuse de quitter le pays pour des raisons de confort et de sécurité.
  • Entrée légale avec un visa ou passeport valable. Mais quand la durée de séjour autorisée a été dépassée, la personne persiste à rester dans le pays.

Les raisons qui poussent à l'immigration clandestine sont aussi diverses que variées. Il peut s'agir, de guerre civile, de pauvreté et de mirage économique d'un pays.

Biométrie : une autre barrière pour les immigrants clandestins

Il y a une immigration clandestine quand la personne dépasse la limite géographique sans avoir l'autorisation de le faire. Certains pays qui ont conscience de la menace que représente l'immigration ont voulu mettre en place des mesures pour la contrôler, voire l'anticiper. Cette mesure constitue une autre frontière, cette fois numérique, que les immigrants peuvent difficilement dépasser. Par exemple, les pays développés disposent d'une base de données recensant des empreintes digitales des personnes qui demandent l'asile et des raisons que les personnes utilisent comme motif de voyage.

Les faux documents interceptés sont également enregistrés, ce qui permet de mieux lutter contre les immigrations illégales. Cette frontière numérique est en grande partie rendue plus performante grâce aux enregistrements biométriques de chaque voyageur. Dans l'instauration du visa biométrique par exemple, les empreintes digitales de chaque doigt du titulaire du visa, ainsi que sa photo vont alimenter une base de données que les frontières de l'espace Schengen peuvent consulter.

Pour délivrer des documents biométriques, tels que visas et passeports, plusieurs pays ont engagé des entreprises spécialisées comme celle créée par Albert Karaziwan.

Quels sont les avantages de la biométrie ?

Grâce à la biométrie, chaque personne qui voyage peut être mieux identifiée, et les fraudes sont facilement détectables. En effet, la biométrie se base sur l'enregistrement des caractéristiques physiques du titulaire des documents biométriques, et ces caractéristiques sont propres à cette personne seulement. Mais ces documents sont aussi modernes et sécurisés et garantissent la précision des données récoltées. Par ailleurs, un document biométrique peut être difficilement reproduit.

Les documents produits par Semlex, dont le site est https://www.semlex.global/,, sont par exemple dotés d'hologramme, de micro-impression et d'autres caractéristiques qui les rendent infalsifiables. Et cela est important pour faciliter la détection d'un faux document qu'un immigrant clandestin utilise.